Jeunes oiseaux des villes : tout se joue la première année

Jeunes oiseaux des villes : une première année périlleuse !

Les jeunes oiseaux des villes rencontrent de nombreux obstacles au cours de leur développement. Leur première année se révèle comme une étape cruciale pour leur future vie d’adulte.

jeune-oiseau-mesange
Jeune mésange (photo : Pexels via Pixabay, licence CC0)

Mésanges des jardins et des champs

Des scientifiques suédois de l’université de Lund se sont préoccupés des conditions de survie des jeunes oiseaux, vivant en milieu urbain.

Pour leurs travaux, ils ont choisi d’étudier une espèce très commune dans les jardins : la mésange charbonnière.

Les recherches se sont portées à comparer l’état de santé de ces petits passereaux vivant en milieu urbain avec ceux habitant les régions rurales.

Mission : survivre la première année

Dans leurs conclusions, les chercheurs ont remarqué que les jeunes mésanges, atteignant un an de survie en ville, semblaient plus aptes à résister aux différentes sources de stress urbain.

Mais parvenir à cette durée relevait d’un parcours bien plus rude qu’à la campagne.

mesange-bleue-dans-la-nature
Mésange bleue (photo : Pexels via Pixabay, licence CC0)

Afin d’expliquer ce phénomène, les recherches se sont orientées vers l’étude de leurs chromosomes, plus précisément au niveau des télomères.

Présents chez tous les animaux (y compris l’être humain), les télomères se situent à l’extrémité d’un chromosome.

Par leur longueur, ces éléments renseignent sur la durée de vie potentielle. Plus ils sont longs, plus les chances de vivre longtemps augmentent.

Les dangers du stress environnemental

La vie citadine confronte les oiseaux à de nombreuses sources d’agressions (pollution lumineuse nocturne, bruits, qualité de l’air, etc.).

Survivre dans un tel milieu impose une résistance exceptionnelle. Les scientifiques suédois ont noté que les mésanges possédant des télomères longs avaient réussi l’exploit de dépasser un an de survie.

Ce phénomène a pu être remarqué également pour les oiseaux vivant à la campagne. Mais c’est bien en milieu citadin qu’il semble le plus significatif.

Néanmoins, les raisons de la mort prématurée des oiseaux citadins à télomères courts restent encore obscures.

En attendant, la vie des jeunes oiseaux des villes représente un vrai défi.

Source :

Lund University. « Young birds suffer in the city. » ScienceDaily. ScienceDaily, 8 September 2017. <www.sciencedaily.com/releases/2017/09/170908205442.htm>

Publicités

6 réflexions sur “Jeunes oiseaux des villes : tout se joue la première année

  1. Hello MumChérie !
    Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 Je comprends ta triste expérience ! Quand cela arrive, on peut toujours appeler la Ligue de protection des oiseaux, ils renseignent sur ce qu’il faut faire. Je l’ai fait une fois. Mais je comprends que cela t’ai fait mal au coeur. Bisous, bon week-end !

    J'aime

  2. Un peu hors sujet peut-être, mais j’ai recueilli un bébé tourterelle tombé du nid cet été. Ses parents le veillaient toujours de loin, le nourrissaient régulièrement par terre, et j’ai simplement essayé de le protéger des prédateurs… malheureusement, c’était insuffisant, et j’en ai vraiment été très triste…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s