Des chenilles et des sacs en plastique

Des chenilles friandes de sacs en plastique

Des scientifiques espagnols ont découvert une espèce de chenille dont l’organisme est capable de dégrader une variété de plastique particulièrement résistant. Une piste qui mérite d’être explorée afin de limiter les problèmes de pollution.

sac-en-plastique-dans-la-nature
Photo : le blog de Veronika

Une chenille chez les abeilles

Comment résoudre la pollution par les déchets en plastique qui continue ses ravages, en mer comme sur terre ? Peut-être un début de solution avec la récente découverte d’une équipe de scientifiques espagnols.

Dans leur rapport, paru en avril 2017, les chercheurs livrent le résultat de leur étude sur une chenille assez étonnante, appelée galleria mellonella, ou encore teigne de ruche.

En s’introduisant dans les colonies d’abeilles, l’insecte pond ses œufs dans les alvéoles et ses larves se nourrissent de la cire dont elles sont constituées.

bees-beehive-beekeeping-honey-48022
Photo : Pexels (licence CC0)

Des sacs en plastique à l’épreuve du temps

L’utilisation de sacs en plastique aux caisses des supermarchés et dans les commerces est maintenant interdite. Cependant, une quantité incommensurable de ces déchets pollue toujours l’environnement.

Souvent fabriqués à partir d’une matière très résistante, le polyéthylène, la dégradation de ces sacs prendra plusieurs centaines d’années.

L’équipe de scientifiques a donc découvert, très fortuitement, que les larves de gallerias mellonellas se régalaient des sacs plastiques dans lesquels elles étaient enfermées. De plus, ces sympathiques chenilles réalisaient cet exploit assez rapidement.

Par ailleurs, elles ne se contentent pas seulement d’ingérer du plastique polyéthylène mais se révèlent aussi capables de le dégrader.

Un espoir en vue ?

Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs supposent l’existence de similitudes entre les compositions chimiques de la cire d’abeille et du polyéthylène.

L’objectif des prochaines études vise à créer un procédé dit biotechnologique, les larves ne seraient pas utilisées directement pour dégrader le plastique.

Même si cette découverte apparaît comme un espoir prometteur pour l’avenir, l’étendue de la pollution actuelle par le plastique donne le vertige. À l’heure actuelle, il serait plus sage  de limiter la production d’emballages non dégradables.

Source :

Cell Press. « Wax worm caterpillar will eat plastic shopping bags: New solution to plastic waste?. » ScienceDaily. ScienceDaily, 24 April 2017. <www.sciencedaily.com/releases/2017/04/170424141338.htm>.

 

Publicités

14 réflexions sur “Des chenilles et des sacs en plastique

  1. Coucou Julie !
    En fait, ce ne sont pas les chenilles qui seront directement utilisées. Mais les chercheurs vont s’en inspirer pour créer un système dépolluant. Bises et merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Hello Framboise ! Oui, on espère que la recherche va nous trouver une solution pour commencer à dépolluer. Mais le plastique continue à être présent dans notre vie quotidienne, malheureusement.
    Bisous et à très bientôt 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Hello Bérengère !
    Moi aussi, je trouve cette quantité tellement incommensurable que c’est un peu décourageant. On se demande comment on pourra en venir à bout. Comme tu dis, gardons espoir, malgré tout. Bises et merci beaucoup pour ta participation 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Je crois malheureusement que nous avons atteint une telle quantité de déchets plastiques qu’il va être compliqué de les éliminer. Malgré tout, restons optimistes. 🙂 Et comme tu le conclues si bien, commençons par limiter notre production. Nous en avons déjà bien assez fait !
    Bises

    Aimé par 2 people

  5. Hello !
    En effet, je pense que cette solution peut être une aide mais qui sera innefficace sans l’abandon des plastiques. Néanmoins, j’ai trouvé qu’un peu de positif nous ferait du bien, c’est pourquoi cette info m’a semblée intéressante à partager.
    Je te souhaite un excellent week-end et merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Utiliser des chenilles pour masquer nos déchets et la pollution que l’ont produit n’est pas la bonne solution si ce n’est de se permettre de produire encore plus de plastiques au lieu de le diminuer ..

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s